peut-etre pas

Publié le par sandrine


Jeudi soir, sortie cirque, invites par Jany. Bert etait tres occupe (devinez par quoi) donc j’y suis alle avec Stef, la nouvelle recrue d’HBP. Une representation donnee par la compagnie O ultimo momento au cirque de Saigon, organise par le consulat. C’etait vraiment une bonne idee de faire ca au cirque plutot qu’a l’habituel Opera. C’etait aussi l’occasion de  decouvrir la troupe du cirque de Saigon en premiere partie (pour les autres car nous y avions deja ete) et de realiser a quel point ce cirque manque de moyens – et du coup ses artistes de motivation...

En premiere partie, il y avait donc une selection de quelques numeros du cirque de Saigon.

Tout d’abord une danseuse aux cerceaux. Elle etait mignonne, avait beaucoup de cerceaux, ce qui compensait a peine sa choregraphie ridicule. Ensuite, nous avons eu droit a un jongleur, deux fois medaille d’or de jonglage du Vietnam – pas grand chose a dire, c’etait sans interet, tout simplement. Le pire pour lui comme pour la dame aux cerceaux, c’est que malgre la simplicite (relative – je suis incapable de faire ca of course) des numeros, ils arrivent quand meme a rater des trucs, a faire tomber, balles et cerceaux.

Ensuite, il y a eu le clown, habille en chef cuisinier. Comme souvent, le clown a fait appel a la participation de quelques membres du public – des enfants bien sur. Ce que j’ai moyen apprecie c’est que chaque enfant etant monte sur scene est reparti avec un paquet de chips – c’est sympa, mais bon je sais pas... ca fait bizarre comme cadeau, un paquet de chips, ca me fait penser aux enfants obeses qu’on voit de plus en plus se ballader en moto avec leurs parents dans les rues de Saigon... Il y a aussi eu une des farces qui a vraiment montre le decallage entre les cultures viet et francaise : a un moment un des enfants, un petit garcon, est sur scene avec le clown. Le clown a fait disparaitre un truc (un bout de tissus je crois) et il le cherche. Il le cherche sur le petit garcon. Il lui pince les seins, ca fait pouet-pouet, un bruit de klaxon. Il pince le nez = pouet pouet, les bras = pouet-pouet... et puis quelques autres endroit avant de finir par lui mettre la main entre les jambes. La aussi ca fait pouet-pouet. Et la, comme c’est sense etre un truc hilarant j’imagine ici, il continue a cet endroit et lui fait pouet-pouet-la-zigounette au moins 5 ou 6 fois. Bien sur il faut comme moi avoir l’esprit tordu d’occidentaux abreuves de news pleines de fait divers pedophiles pour etre un peu choque, mais voila, ca fait un peu bizarre quand meme... Et comme les ¾ de la salle etait emplie de francais je me demande ce qu’ils en ont pense...

Ensuite, clou de cette premiere partie : la prestidigitatrice. La cinquantaine, en Ao Dai, avec son assistante. On aurait dit deux bonnes-femmes travaillant dans une administration. Elles se faisait vraiment chier, pas de doute. Ca se voyait et a l’expression de leurs visages, a leurs gestes paresseux... presque une caricature... Aucun sens du spectacle, les tours se suivaient n’importe quoi n’importe comment avec de la musique de foire du trone a fond la caisse jusqu’au dernier numero, celui ou l’assistante se met dans une boite et se fait traverser par des epees et des tubes d’aluminium. Ce numero la a dure une eternite car la prestidigitatrice n’arrivait pas bien a enfoncer les epees et les tubes et encore moins a les enlever apres. Elle a donc du se faire aider par un technicien, tous deux manquant de tomber a la renverse apres avoir tire de toutes leurs forces pour extraire le dernier tube de la boite. Une vraie catastrophe.

Puis apres la pause, O ultimo momento, venus donc de France et en exclu a Saigon avant leur passage au festival de Hue avec leur spectacle intitule « (peut-etre) ». C’est un tres beau spectacle, plein de poesie, avec des acrobaties autour d’un mat qui se suivent comme s’il s’agissait de gestes tout a fait naturels, comme si ceux-ci ne necessitaient aucun effort. Une vraie ambiance est posee, avec une lampe suspendue au bout d’un fil, un musicien sur roulettes et l’acrobate. Tout se deroule bien jusqu’au moment ou entre en jeu la video. Probleme technique, le videoproj ne marche pas, ca traine, la musique tourne en boucle, l’acrobate doit redescendre de son mat a plusieurs reprises, le charme est rompu. Dommage.

Publié dans life in Saigon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hizkuni 09/06/2008 18:24

Coucou, je trouve que tu y vas un peu fort, même si tout le monde a fait des commentaires. Après tout les enfants étaient très contents...jusqu'au numéro français (d'origine portugaise), qui les a laissés dans un silence quasi pieux. Je pense que cette deuxième partie est plutôt pour les adultes, la preuve : les familles commençaient à partir 15 minutes après le début. Les maladresses techniques ajoutent une poésie encore plus vraie sur la fragilité du travail des artistes, par contre, je pense que c'est le genre de numéro qui ne permet pas un temps de représentation trop long, s'il veut créer une certaine magie. Moi ça m'a époustouflé les 4 femmes en ao dai sortant de la boite de prestidigitation!

sandrine 10/06/2008 05:02


C'est vrai, la seconde partie etait plutot pour les grands. Malgre l'incident technique, j'ai trouve ca tres tres beau. Par contre si je suis dure avec la premiere partie, c'est parce que je trouve
qu'un bon spectacle pour enfant est scotchant quand il arrive a epater a la fois les enfants et les parents, comme les livres pour enfants a double sens de lecture.
Eh au fait ca vient d'ou Hizkuni, c'est basque?