piano a queue

Publié le par sandrine

Mardi Jany est passe a l’atelier, puis nous avons ete dejeuner ensemble. Jany quitte Saigon dans 3 semaines, il demissionne (et ne sera pas remplace) de son poste d’attache culturel, poste qui avait deja commence a etre laisse pour compte a travers la reduction du budget a quasi rien (pour le mois de l’image, Jany a du chercher des financements de son cote). Au lieu d’accepter de toucher son salaire tranquilement sans rien glander comme on lui avait gentiment suggere aux etages superieurs, il a commence a chercher une reconversion - trouvee puisqu’il doit prendre son nouveau poste en Septembre. Plus d’attache culturel a Saigon donc, et bientot (l’annee prochaine je crois) plus non plus d’attache audiovisuel (plus de programmation de film francais a l’Idecaf). Deja qu’il ne se passait pas grand chose au niveau de la culture francaise a Saigon, la ca va etre le grand neant... Seulement voila, trois semaines.... ca veut dire qu’il ne sera pas la pour son bebe, le mois de l’image. Qui se fera quand meme mais ca risque d’etre un peu bordelique...

En fin de journee, Laurent est venu avec sa femme Vang et leur deux fils. Fidele lecteur du blog, Laurent est le beau-frere de Dung de Bien Hoa. Nous nous etions rencontres en 1997 quand je venais d’arriver a Saigon pour y passer mon annee au Beaux-arts. Laurent, alors etudiant aux Beaux-arts de Bourges accompagnait Dung et 4 autres etudiants pour un petit sejour d’ete au Vietnam. Quelques annees plus tard il a epouse Vang, la soeur de Dung. La derniere fois, nous nous etions vu au mariage de Dung il y a 4 ans. Il n’etait pas revenu au Vietnam depuis et l’idee de venir s’y installer n’est pas completement exclue...

Puis reunion avec Quynh et Maggie. Mon catalogue est quasiment fini, il devrait partir a l’impression dans environ une semaine. Peut-etre que nous allons l’imprimer a Singapour, avec Also Dominie qui avait imprime notre magazine Aart (Bert travaille aussi avec eux pour le livre de Madame Phuong). Il faut qu’il soit pret pour que Quynh puisse le distribuer pendant la Biennale de Singapour. Je crois que ca va etre un tres tres beau catalogue...

Je travaille a mon installation pour le mois de l’image. Il s’agit de trois formes sculpturales-ecrans qui contiennent en meme temps le projecteur. Le design de la forme part de la surface ecran qui est un quadrilatere, un genre de rectangle qu’on aurait tire par les aretes. En fait cette face-ecran reprend la forme d’une projection en diagonale sur un mur droit – ce truc qui devient un casse-tete quand on ne peut pas disposer le videoproj autrement qu’en diagonale et qu’on veut absolument arriver a faire un rectangle droit avec une image non-deformee. La c’est le contraire, c’est de cette image deformee que tout part. « En fait c’est des teles que tu fais », m’a dit Bert. C’est un peu ca. Au lieu de projeter au loin – et l’image ne s’arrete que lorsqu’elle rencontre un support (souvent soit un ecran, soit un element d’architecture), l’image et le moyen de projection sont contenus dans un objet qui a la fois est un genre de moniteur-tele effectivement, mais aussi s’apparente a une architecture. Je m’essaie au logiciel 3d pour essayer de donner forme a ces sculptures. Voila ce que ca donne...
 

J’ai fini de lire (en diagonale, car lire un journal en entier c’est un peu chiant – d’ou l’interet d’un blog) le journal d’Andy Warhol. Je ne savais pas qu’il etait autant accro aux cristaux guerisseurs ou qui eloignent la poisse. J’ai decouvert aussi combien ses histoires de perruques pouvaient etre traumatisantes pour lui. C’est marrant ce truc de perruques, ca m’a fait penser a Mozart dans le film Amadeus avec ses perruques rock n’roll. Je me demande si Warhol se comparait a Mozart...C’est aussi interessant de suivre au fil des pages le succes fulgurant de Basquiat. « Jean-Michel essaie de devenir tres celebre rapidement. » Succes non seulement du au fait qu’il etait tres bon et aux bonnes rencontres, mais aussi du a sa qualite d’artiste black et drogue. « Quelqu’un a raconte que quand les marchands d’art a l’affut avaient entendu dire qu’un artiste noir de grand talent n’allait pas tarder a mourir parce qu’il se droguait, ils s’etaient precipites pour acheter ses toiles, j’imagine qu’ils doivent l’avoir plutot raide de voir qu’il est toujours en vie. Je crois que Jean-Michel va devenir l’artiste noir le plus celebre une fois que l’article du New York Times sera paru. »

Publié dans life in Saigon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article