la grippe venicienne

Publié le par sandrine

Petit dîner hier soir à l'appart où sont logés Biljana et tous les autres artistes déjà arrivés, sauf Josephina qui est là depuis janvier et qui loue un autre appart. Biljana en profite pour me donner les pass pour la Biennale pour nous et nos invités, puis les catalogues du projet Migration Addicts. Nous ne pouvons commencer à installer qu'à partir de mardi, jour où nous avons rendez vous avec le responsable de notre lieu, le café Aurora. Apparemment, il n'y a pas beaucoup de possibilités, un écran est déjà en place, un videoprojecteur aussi. J'espère que ça va aller, c'est un peu inquiétant quand même... L'intérêt c'est qu'il n'y a pas plus central comme emplacement (sous les arcades de la place San Marco), raison de plus pour essayer de faire que ça ne soit pas trop foireux... La journée, Aurora est un café avec terrasse bondé, et c'est le soir que le lieu se transforme en lieu culturel et donc uniquement le soir que sera montrée notre pièce.

Finalement, cette nuit il y a eu débarquement dans la petite maison où je loge : trois stagiaires ont dormi là, dans le salon. J'étais déjà installée dans la mini chambre au fond donc ça ne m'a pas trop dérangée.

Ce matin, réveil avec la gorge prise, le nez qui coule toujours et un bon mal de tête. Partie explorer les alentours. Ca sent bon la mer, ça fait penser un peu à Sète et en plus il n'y a pas de touristes sur cette île vu qu'il n'y a pas d'hôtels... Je tente les deux mots d'italien que je connais (bonjour, merci) chez un marchand de journaux ou j'achète un plan de Venise, puis je décide de pister les autochtones que je repère avec des caddies pour tenter de trouver la superette du coin... Dans un dédale de ruelles, et en demandant à une dame pleine de sacs en plastiques « coop », je finis par trouver la source et je me ravitaille pour un prix très raisonnable...

Cet aprem, une nouvelle petite sortie mais je sens la fièvre qui monte... Il fait beau mais je ne me sens vraiment pas assez en forme pour faire la traversée de 200 mètres en Vaporetto à 6 euros pour aller me plonger dans la foule des touristes... Tant pis j'irai voir notre lieu demain. Je pars donc en exploration de l'autre coté de l'île. C'est vraiment très très joli. J'ai hâte que Bert arrive demain matin pour qu'on puisse s'y promener tous les deux, en attendant cure de fruits et de sommeil pour essayer de faire partir ce nuage de microbes autour de moi...

la vue de chez nous

juste apres un mariage a l eglise du quartier

La place San Marco vue de notre ile

Publié dans nomades

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tietie007 28/09/2007 15:16

I have a dream ...