reinventer la critique

Publié le par sandrine

La suite du debat

 

"TB Richard posait cette question : le succès de l'art contemporain a-t-il un prix ? Je pense que oui. Par exemple, et là je poursuis ce que je disais tout à l'heure, des gens qui, mettons, sont des universitaires ou des chercheurs en sciences sociales, des écrivains qui ne souhaitent pas forcément être des écrivains à la mode, eh bien je remarque qu'ils ont vraiment aujourd'hui des a priori négatifs sur l'art contemporain et ce que font les artistes aujourd'hui. Et là, je pense à des gens de ma génération, pourtant plutôt ouverts, pas des vieux réacs. Aujourd'hui, on associe l'art contemporain essentiellement à l'argent, aux records de salles de ventes, au côté commercial de l'art (la vitalité du marché de l'art ou alors la crise), ou bien au côté branché évoqué tout à l'heure. Bref, tout cela n'a pas l'air très sérieux. Du coup, cette rencontre entre des gens qui évoluent dans la recherche en sciences sociales et des artistes, et qui pourrait se faire sur le terrain de la critique ou de l'écriture, n'a pas lieu.
CM C'est vrai, des gens qui sont des producteurs de connaissance, dans le domaine des sciences humaines par exemple, restent très extérieurs à l'art contemporain parce qu'ils pensent que ça n'est qu'une histoire de pognon.
TB C'est d'autant plus dommage et étrange que ça arrive à un moment où de plus en plus d'artistes lisent des sciences sociales, travaillent à partir ou avec certaines idées développées dans les sciences sociales."

 

artpress.com

Publié dans citation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article