« Unite de la pensee et de la vie »

Publié le par sandrine

"Unite complexe : un pas pour la vie, un pas pour la pensee. Les modes de vie inspirent des facons de penser, les modes de pensee creent des facons de vivre. La vie active la pensee, et la pensee a son tour affirme la vie. Cette unite presocratique, nous n’en avons meme plus l’idee. Nous n’avons plus que des exemples ou la pensee bride et mutile la vie, l’assagit, et ou la vie prend sa revenche, affolant la pensee et se perdant en elle.

(...) Au lieu du critique des valeurs etablies, au lieu du createur de nouvelles valeurs et de nouvelles evaluations, surgit le conservateur des valeurs admises. Le philosophe cesse d’etre physiologiste ou medecin , pour devenir metaphysicien, pour devenir « professeur public ». Il se dit soumis aux exigences du vrai, de la raison, mais sous ces exigences de la raison, on reconnait souvent des forces qui ne sont pas tellement raisonnables, Etats, religions, valeurs en cours. La philosophie n’est plus que le recensement de toutes les raisons que l’homme se donne pour obeir.

(...) La degenerescence de la philosophie apparait clairement avec Socrate. Si l’on definit la metaphysique par la distinction de deux mondes, par l’opposition de l’essence et de l’apparence, du vrai et du faux, de l’intelligible et du sensible, il faut dire que Socrate invente la metaphysique : il fait de la vie quelque chose qui doit etre juge, mesure, limite, et de la pensee une mesure, une limite, qui s’exerce au nom de valeurs superieures – le Divin, le Vrai, le Beau, le Bien... »

 

Nietzsche, Gilles Deleuze

Publié dans citation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article